Eco-école

Label international d'éducation à l'environnement

 Projet Eco-école du collège Beauséjour

Travaux des élèves à découvrir dans les boîtes ci-dessous

Les espèces disparues

Ebiologie et en écologie, une espèce disparue est une espèce réputée avoir entièrement disparu de la surface du globe terrestre. Avant l'apparition du clonage, on considérait que le moment de l'extinction correspondait à la mort du dernier individu de l'espèce.
Si les techniques se perfectionnent, le clonage permettra prochainement de dupliquer le dernier individu connu d'une espèce végétale (ou quelques individus), mais non de retrouver la diversité génétique de l'espèce, et sans garantie que l'espèce puisse survivre dans la nature (par exemple si son pollinisateur spécialisé et/ou son habitat ont également disparu).

A la Réunion, 24% des oiseaux présents avant l’arrivée de l’homme ont disparu. Si on ne veut pas que la liste s’allonge, il faut tout faire pour sauvegarder les Tuit-tuits, pétrels noirs ou autres Papangues.

Voici la liste des exposés des élèves sur quelques espèces disparues à la Réunion.

Cliquez sur chaque lien pour faire apparaître l’exposé

Dodoflamant roseoiseau bleuperroquet gris de dubois
 perruche verte pigeaon rosesolitaire tortue terrestre de bourbon

Les espèces envahissantes

Les espèces exotiques sont parfois appelée « envahissante », cette dénomination est à réserver aux espèces locales ayant un fort pouvoir de colonisation : croissance et reproduction/multiplication très rapides.
Or, à côté des quelque 900 espèces végétales présentes à La Réunion avant l'arrivée de l'Homme, plus de 3.000 autres ont été amenées sur l'île ! La plupart sont restées dans les jardins, mais près de 1.000 espèces se sont malheureusement propagées dans la nature, et plus d'une centaine est devenue envahissantes.
Parmi les espèces, on retrouve d’abord pour la faune, le rat qui a introduit par bateaux au début de la colonisation ; ensuite, le merle Maurice qui a été introduit vers 1970 comme oiseau de cage, la mouche pisseuse, le criquet…
Pour la flore nous pouvons citer par ordre de virulence, le goyavier, la vigne maronne, le galabert, la liane papillon…
L’invasion biologique est un phénomène qui affecte grandement la biodiversité réunionnaise. En effet, par exemple la prolifération des rats dans les forêts a pour conséquence la destruction des œufs des tuit-tuit, petit oiseau endémique de la Réunion. C’est ainsi que ce petit animal est devenu une espèce à protéger depuis le 1999 à la Roche Ecrite étant menacé d’extinction.
Le merle Maurice qui a été introduit vers 1970 sur notre île est originaire du Japon et non de l’Ile Maurice.

Liste des exposés des élèves sur des espèces végétales envahissantes
(Évitez de les planter dans vos jardins)

 Cliquez sur chaque lien pour faire apparaître l’exposé

avocat marronbegoniabibassierbois de chapelet
 bois de noel bringellier cassi chevrefeuille
 choka_vert corbeille d'or  doudoul faux poivrier
 fuschia de bolivie goyavier jamroseliane papillon
 marguerite follepin maritime ronce tabac boeuf
 ti zanneautroenevaotouquevigne marronne

 

Les espèces menacées

Depuis 1963, la Liste rouge de l'UICN dresse la liste des espèces menacées ou disparues. En 1988, toutes les espèces connues d'oiseaux avaient été évaluées par l'UICN ainsi qu'en 1996, l'état de conservation de toutes les espèces de mammifères mondiaux.
Parmi les 5 205 espèces décrites dans l'édition de 1996, 25% des mammifères et 11% des oiseaux étaient indiquées comme étant menacées. En 2006, l'UICN considère qu'une espèce de mammifère sur quatre, une espèce d'oiseau sur huit, et un tiers des amphibiens sont menacés.

A la Réunion L’UICN a recensé cette année comme espèces menacées :
- 3 mammifères continentaux (dont une en danger critique : la Roussette noire)
- 4 mammifères marins
- 3 reptiles continentaux (dont 2 en danger critique : le Gecko de Manapany et Scinque de Bouton)
- 2 reptiles marins (dont une en danger critique : la tortue caret)
- 38 oiseaux (dont 2 en danger critique : le Tuit-tuit et le Pétrel noir de bourbon)
- 16 poissons d’eau douce (dont 4 en danger critiqueAnguilles bicolores et du Mozambique,
Cabot noir et la Loche)
- 8 macro-crustacés d’eau douce (dont une en danger critique : la Chevrette des Mascarins)
- 26 rhopalocères : papillons de jour (dont une en danger critique : la Salamide d’Augustine)
- 18 odonates : libellules et demoiselles
- 4 phasmes (dont 2 en danger critique : le phasme du palmiste rouge et l’heterophasma
multispinosum)

Les élèves ont réalisé deux exposés sur le Tuit-tuit (dont il ne reste plus que 50 à 70 couples) et le Zoizo vert afin de mieux faire connaitre ces espèces.

 Cliquez sur chaque lien pour faire apparaître l’exposé

tuit tuit zoizo vert

Les espèces migratrices marines

De nombreuses espèces migratrices marines passent au large des côtes de la Réunion.

Si certaines sont visibles et célèbres (tortues marines, baleine à bosse, etc.), un grand nombre d’entre elles reste méconnu.

Pour faire connaître ces migratrices marines, les élèves ont réalisés des exposés sur certaines d’entre elles. La plupart des exposés portes sur les cétacés car les élèves ont travaillé en collaboration avec l’association GLOBICE.
Voici les exposés.

cliquez sur le nom pour faire apparaître l’exposé

especes migratrices marinesbaleine à bosserequin marteau

Les plantes endémiques

L'endémisme caractérise la présence naturelle d'un groupe biologique exclusivement dans une région géographique délimitée. Les espèces endémiques d'une aire géographique forment un sous-ensemble des espèces présentes naturellement, sans que l'homme en soit la cause, appelées espècesindigènes. Mais de nombreuses espèces indigènes peuvent ne pas être endémiques si elles existent naturellement dans d'autres régions de la planète.

La Réunion, haut lieu de l’endémisme, est un site de valeur planétaire sur le plan patrimonial et scientifique. Elle trouve naturellement sa place au sein de l’un des 34 « hot spots » de la biodiversité mondiale. C’est la zone Madagascar-Mascareignes dont l’archipel des Mascareignes constitue une entité biogéographique particulière.
D’importants massifs de végétation indigène subsistent (forêts, landes et pelouses d’altitude), occupant encore 30 % de la surface de l’île, contre à peine5 % à l’île Maurice. La survie d’écosystèmes relativement intacts dans les Mascareignes dépend donc de leur conservation à long terme sur l’île de La Réunion.

A La Réunion, les menaces sont réelles : invasions biologiques, braconnage et sur-exploitation, fréquentation accrue, défrichement, pollutions, etc.
Il est grand temps que s’opère une véritable prise de conscience vis à vis de la disparition de notre patrimoine naturel.

A l’échelle de La Réunion, deux grands types d’enjeux ont été identifiés :
- Un patrimoine remarquable, mais menacé ;
- La biodiversité, atout pour les populations et l’économie locales.

Pour faire connaître ces espèces endémiques de l’île, les élèves ont réalisés des exposés sur certaines d’entre elles.

cliquez sur le nom pour faire apparaître l’exposé

 bois de gaulette bois de gouyave marron bois de neflebois mamzelle
 bois rouge latanier rougemazambron

Les ressources naturelles à la Réunion

Afin de mieux connaître l’importance de la biodiversité pour l’Homme, les élèves du collège ont commencé un inventaire sur les ressources naturelles exploitées sur l’île de la Réunion. L’exposé sur l’agriculture est très exhaustif et est basé sur les données de la chambre de l’agriculture de la Réunion. Pour celui sur la pêche, les élèves n’ont pas réussi à trouver toutes les données mais celui-ci reste très intéressant.
Le but de ces 2 exposés est surtout de vous montrer à quel point nous sommes dépendants de la nature. L’île de la Réunion nous a hébergés, nourris, protégés depuis des centaines d’années. C’est à notre tour maintenant de tout faire pour la sauvegarder.

cliquez sur le nom pour faire apparaître l’exposé

 agriculture reunion peche

Recensement de la faune et de la flore au collège

Afin de mieux connaître la biodiversité qui nous entoure, les élèves ont cette année commencé à recenser l’ensemble des espèces vivantes présentes au collège. Ce travail fût long, difficile et il n’est malheureusement pas fini.

Vous pouvez trouver ci-dessous les exposés sur les premières espèces animales ou végétales présentes au collège. Ils vous donneront un aperçu plus précis de cette nature, souvent invisible à nos yeux, qui nous entoure.

Voici la liste des exposés des élèves

Cliquez sur chaque lien pour faire apparaître l’exposé

 FAUNEFLORE 
baboukbellier accaciabois eponge
 bibecafards bois de gaulettebois joli coeur
 cardinal escargot petit gris bois mamzellebois de nefle
guepesmargouillatbois sable rouge bois rouge
 moineaupigeoncassia du siammazambron
  palmier multipliant sensitive pudique